L'atelier du Sanctuaire

L'atelier du Sanctuaire

Les premiers nés : les Nei Tropei

Nei Tropei, les Fils du Vent

 

 

À l'aube du premier âge mortel

Ouvert par le souffle divin

D'Aïon…

 

Le char solaire, en son éclat irréel,

Parcourait les plaines et les monts, en chemin

L'accompagnait Tropè, le chaud et printanier

Vent du sud…

Chevelure désordonnée sous

Sa couronne d'or, l'alizé pour éveiller

Plantes et bêtes répandait son souffle doux…

Remarquant un chêne aux branches blanchies, mortes,

Il fredonna d'étranges paroles, alors

L'arbre s'ébroua, secoua sa ramure forte,

Reprit vie, se couvrit de larges feuilles d'or.

Le riant Tropè alors un hymne chanta :

Le rutilant feuillage du chêne frémit,

Réverbérant l'ode en milliers de tintements,

Une radieuse mélodie se composa.

De notes plus belles le feuillage s'emplit,

Fut pris de nerveux et multiples tremblements.

Inquiet, le dieu se tut, lentement s'approcha

Du végétal. Dans le ramage, bien à l'abri,

De lourds et brillants fruits cuivrés si prestement

Étaient nés, mûrissaient…Et d'un coup tous s'ouvrirent

Libérant de cristallins êtres, tout en sourire,

Au teint d'or, aux longues ailes transparentes,

Voltigeant en une nuée étincelante.

 

Ainsi du chant d'un dieu résonnant entre les

Branches décharnées d'un vieux chêne, naquirent

Ceux que l'on nomme les

«Fils du Vent», les

Neï Tropei…



25/10/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres