L'atelier du Sanctuaire

L'atelier du Sanctuaire

L'Oracle de Cûmes


La Sibylle de Cumes, Michel Ange, Chapelle Sixtine.


Le temps depuis si longtemps annoncé,
Par la vieille de Cûmes, en sa grotte retirée,
Est venu, ouvrant le monde à une nouvelle ère de félicité.

Des nuées, descendront alors les puissants dieux,
En la sainte cité d'Artémis, et établiront
Le règne du très Juste et très Bon,
Du Dispensateur de Béatitudes et de Joies :
Le Souverain d'Orient, vainqueur du Roi des Rois,
Celui dont la gloire retentira jusqu'au sommet des cieux.

Tout d'abord, une colonne de feu s'abattra sur
Le temple de la divine chasseresse, libérant alors
Cette farouche déesse endormie en ces murs,
Qui par les traits acérés, décochés de son arc d'or,
Transpercera les anciens maîtres de la terre,
Et enchaînés au plus profond des Enfers
Subiront à leur tour et tourments et malheurs.

Puis la terre s'entrouvrira, rendant à la vie
Les Titans et les filles d'Atlas, qui
Partant vers le nord, guerroieront, repousseront
Et enfermeront au pays de Kryos tous
Les hommes-loups, monstres si scélérats.
Venu d'Éleusis, Triptolème, de sa serpe, l'ivraie extirpera
Pour rendre la terre à nouveau féconde,
Qui balayée par son souffle si doux,
Connaîtra une naissance seconde.

Le divin époux d'Héra, le souverain du firmament,
Déchirera le ciel par le foudre, de son sceptre, jaillissant ;
Les astres alors des nuées tomberont,
Brûlant les empires, les royaumes et les trônes
Ennemis du très Juste et très Bon,
Celui qui est à la fois Dionysos, Osiris et Amôn.

Enfin vous verrez, armés et casqués, des flots
Surgir les fils de Poséïdon ; levant leurs tridents vers le ciel,
Ils ébranleront les nuées et des trombes d'eau
S'abattront sur les terres et recouvriront celles
Qui jusqu'à ces temps étaient à sec ; les heures,
Les jours passeront, et le monde peu à peu sera submergé…


Le tout puissant Zeus, voyant cela, alors usera de la Clef
Qui ouvrira grand les Portes du Levant,
Et l'égide au côté, entouré des autres dieux ses enfants,
Se prosternera aux pieds du Divin Souverain,
Celui qui est à l'origine de toute chose, le porteur du Glaive d'Airain.
Sa venue marquera la fin du règne des Olympiens,
Qui déposant leurs attributs et leurs couronnes,
Se changeront en colombes pourpres, s'envolant
Vers le vide, vers l'ancien ciel devenu néant…

Le Divin Souverain contemplera les eaux, et la nuit ;
Du fond des abysses marines, il rendra à la lumière
Les débris d'un continent jusque là englouti.
Il modèlera deux nouvelles entités : ciel et terre.
Il leur insufflera la vie, et le monde pourra renaître ;
Une nouvelle théogonie sous ses yeux se déroulera.
Lorsque ce nouvel univers de l'enfance sortira,
Il appellera à lui le plus vieux de ces dieux,
Lui remettra sa couronne, en fera le maître
De ce monde jeune et radieux.
Il lui donnera aussi, des Portes la Clef,
Et laissera cet univers seul pour une éternité.



09/03/2008

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres