L'atelier du Sanctuaire

L'atelier du Sanctuaire

Manzaranes

MANZARANES

 

 

Ophélie, prise de folie

S’élance alors, puis finalement se rendort.

Ne sachant plus que faire, se précipite au dehors.

 

Cette femme, qui vers vous se déplace

Ne sait plus voir et vers la Mort s’avance.

Telle une bête ivre, s’agitant sous le fouet dans son cirque

C’est, aveugle et sourde aux appels, qu’elle s’engage vers la crique.

 

Enivrée par sa passion, se tordant les mains,

Elle croit apercevoir les ailes des moulins.

La beauté du ciel, les attraits de la vie

Ne peuvent la retenir… Et au bas des rochers,

Son corps est le lendemain retrouvé, brisé.



29/03/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres